Opération «Tempête du désert»


Le 17 janvier 1991 débute l'opération «Tempête du désert». Une coalition internationale attaque l'Irak de Saddam Hussein, qui a eu le front d'annexer l'émirat du Koweit.

La coalition réunit 28 pays et 605.000 hommes dont une moitié d'Étatsuniens.

Face à elle, les 540.000 soldats irakiens, mal commandés et sans motivation, ne font pas le poids.

Après des bombardements massifs, les armées coalisées entament une promenade militaire vers Bagdad.

Elles remportent une victoire sans surprise sur l'armée irakienne que la propagande présentait sans rire comme la quatrième armée du monde.

La guerre se solde par plus de 200.000 morts du côté irakien (dont une moitié de civils), contre quelques dizaines du côté des assaillants.

Mais le président américain George Bush arrête ses armées aux portes de Bagdad et sauve la tête de Saddam Hussein.

Ce dernier a motif d'être doublement surpris. Après sa précédente guerre contre l'Iran des mollahs, il avait réclamé en vain au Koweit l'effacement d'une dette de guerre.

Le 25 juillet 1990, il avait fait part à l'ambassadrice américaine à Bagdad de son intention de conquérir le Koweit pour récupérer sa dette et l'ambassadrice l'avait assuré que les États-Unis n'interviendraient pas.

Nous attendons dans les prochaines semaines la conclusion de ce jeu de poker.

Devinette: la guerre frappe l'un des pays les plus mythiques du monde. Cliquez ici pour en savoir plus sur l'Irak d'hier et d'aujourd'hui.