le 23 octobre 1956


Budapest se soulève au nom de la Liberté

 

Le 23 octobre 1956, les habitants de Budapest manifestent en masse contre leur gouvernement.

Celui-ci avait fait  tirer quelques jours plus tôt sur des contestataires estudiantins.

La manifestation tourne rapidement à l'émeute et les symboles de l'
État communiste sont détruits.

Cette effervescence puise son origine dans la dénonciation du régime stalinien par les dirigeants soviétiques eux-mêmes, huit mois plus tôt à Moscou.

Les Hongrois réclament le retour au pouvoir d'Imre Nagy, un communiste modéré qui avait dénoncé le stalinisme et les abus du régime.

L'ambassadeur d'URSS accepte son retour à la tête du pays.

Mais très vite, Imre Nagy est gagné par l'euphorie du mouvement populaire. Il s'engage dans la voie de la démocratie, forme un gouvernement de coalition et annonce le retrait de la Hongrie du pacte de Varsovie.

C'est plus que les Soviétiques n'en peuvent supporter.

Dès le 4 novembre, leurs troupes investissent Budapest et écrasent les insurgés. En province, les combats se poursuivent pendant deux semaines. 

La répression fait 200.000 morts tandis que 160.000 personnes se réfugient en Europe de l'Ouest. Imre Nagy est exécuté en juin 1958.

C'est la première déchirure dans le voile qui cache le caractère répressif de la domination soviétique en Europe centrale.

Le 23 octobre est aujourd'hui fête nationale en Hongrie.

Devinette: l'ambassadeur d'URSS à Budapest en 1956 a eu un destin peu ordinaire. Pour le connaître, cliquez ici.

 

C'est sa fête : Jean de Capestran

Gouverneur et capitaine de Pérouse au XVe siècle, le saint du jour entre chez les franciscains à la mort de sa femme et devient un remarquable prédicateur. Il meurt dans l'actuelle Croatie en prêchant la croisade contre les Turcs.